lundi 4 juin 2018

J'ai changé de vie par Jérémy du site Road calls


A la demande de beaucoup de mes lecteurs, voici la nouvelle rubrique "témoignages". Je vous partagerais une fois par mois environ, le témoignage d'une personne qui a pris La décision de changer sa vie pour être en adéquation avec ses envies et ses rêves.


Pour inaugurer cette nouvelle rubrique, je vous présente Jérémy. Il a 30 ans et il a décidé de tout plaquer, pour voyager. Voici son témoignage :




Change ta vie : Pouvez vous vous présenter en quelques mots ?

Jérémy : Je m'appelle Jérémy, je viens de fêter mes 30 ans et je suis originaire de Normandie. En 2011, j'ai troqué mon boulot et mon appartement contre un sac à dos et un billet d'avion. Je suis passé par l'Europe du Nord, l'Asie, l'Amérique du Nord, et depuis quelques années j'explore la partie du monde où je me sens le mieux : l'Europe de l'Est.


Change ta vie : Comment était votre vie "d'avant" ?

Jérémy : Sur le papier, ma « vie d'avant » était plutôt chouette : j'avais un boulot intéressant (journaliste en télé locale), une vie sociale active, un appartement chouette en centre-ville, … Je remplissais toutes les cases pour une vie heureuse. Sauf qu'heureux, je ne l'étais pas. Je tournais en rond, la routine me consumait de l'intérieur, je me sentais à l'étroit. J'avais l'impression de vivre et revivre tout le temps la même journée insipide. Et de plus en plus j'avais envie d'explorer le monde. Sauf que j'étais frustré constamment : le boulot m'étouffait, voir les mêmes têtes tout le temps était devenu un calvaire. De plus en plus j'avais besoin d'air, ça devenait vital.


Change ta vie : Qu’est ce qui n’allait pas dans cette « ancienne » vie ?

Jérémy : J'ai déjà un peu répondu au-dessus : vu de l'extérieur, tout allait bien dans cette ancienne vie. Mais à l'intérieur, je ne satisfaisais pas mes besoins profonds : cette envie irrépressible de tout envoyer promener pour voyager, écrire, et profiter de la vie selon mes critères.


Change ta vie : Comment avez-vous eu le déclic qu’il fallait changer quelque chose ?

Jérémy : Il y a eu deux déclics en parallèle : d'un côté, un séjour en Norvège avec un couple d'amis, où j'ai définitivement attrapé le virus du voyage, et de l'autre côté une restructuration de la boîte qui m'employait. On m'a demandé si j'acceptais un départ volontaire ou si je préférais être reclassé sur un autre poste. Je n'ai pas réfléchis très longtemps : j'avais 24 ans, la vie devant moi, pas grand chose à perdre et tout à gagner à me lancer dans l'aventure. Donc j'ai sauté le pas. J'ai quitté mon boulot, rendu mon appart' et acheté un billet d'avion pour le Portugal. Je donne ici la version courte car la version longue est vraiment très, très longue. Si des lecteurs veulent les détails et savoir comment je m'y suis pris concrètement pour tout envoyer promener (voir lien en fin d'article).

Change ta vie : Avez-vous eu peur de vous lancer ?

Jérémy : Honnêtement, je ne sais plus trop car ça commence à dater, mais je ne crois pas avoir eu vraiment peur, non. J'étais hyper excité. Sur Internet on commençait à lire des histoires de gens qui avaient eu le courage de tout quitter pour voyager, ça m'a vraiment inspiré, je n'ai pas trop réfléchi en fait. J'avais un côté très rationnel qui me disait « de toute façon, si ça ne me plaît pas, je rentre en France et je trouverai bien un boulot, même si c'est purement alimentaire ». Mais quelque chose au fond de moi me disait que ça se passerait bien. J'avais l'intuition profonde que je prenais le bon chemin, donc j'étais assez confiant.


Change ta vie : Avez-vous rencontré des difficultés, des obstacles, du découragement, des regrets ?

Jérémy : Bien sûr, plein et souvent. Je vais la faire courte car sinon je vais écrire un pavé en guise de réponse. Concernant les difficultés, la première à venir a été l'argent : mon SMIC de journaliste et ma très courte carrière ne m'avait pas permis d'économiser grand chose. Je savais que je pouvais voyager en mode ultra low-cost via le Couchsurfing et d'autres moyens alternatifs (j'en parle beaucoup sur mon blog si ça intéresse du monde, (voir lien en fin d'article (2)), mais j'ai vite eu l'angoisse de voir que je dépensais plus d'argent que j'en gagnais (logique : je ne gagnais plus rien).

Donc la question de ma réorientation professionnelle s'est vite posée. Ensuite, des obstacles oui, dans le même ordre d'idée : je voulais conserver mon indépendance donc il me fallait monter ma propre entreprise, ce qui était complètement inédit dans ma famille. C'était difficile à tous les niveaux car je ne savais pas comment m'y prendre. Ça m'a procuré beaucoup de stress, à un niveau tel que j'ai eu des périodes d'insomnie infernales à regretter d'avoir fait ce choix de vie. Et puis finalement, petit à petit, en prenant les jours les uns après les autres, je me suis rendu compte que les choses se passaient finalement assez bien, et que j'étais vachement plus heureux dans cette vie là que dans l'ancienne. Dans un mois jour pour jour je fêterai les 7 ans de mon indépendance, et je peux garantir à tous ceux qui liront ces lignes que pour rien au monde je ne changerai quoi que ce soit à ce que j'ai vécu et à ce qui fait mon quotidien aujourd'hui.

Change ta vie : Avez-vous voulu renoncer ? Tout arrêter et reprendre votre ancienne vie ?

Jérémy : Par phase, ces pensées m'ont traversé l'esprit oui. Dans les moments de découragement, où je me laissais déborder par le stress et l'angoisse, j'ai eu envie de revenir dans mon cocon, dans ma Normandie natale. Il y a eu aussi les moments où, seul à l'autre bout de la planète, je pensais à mes proches en France et ça me foutait un cafard terrible. Si j'avais pu me téléporter auprès de mes parents ou de mes amis, je l'aurais fait. Voyager à plein temps  est un mode de vie incroyable qui apporte énormément de choses positives, mais il y a aussi un revers à la médaille (on en parle moins souvent sur les blogs de développement personnel car c'est moins « vendeur »), mais c'est pourtant la réalité : notamment, il faut savoir affronter une certaine forme de solitude. Cette solitude peut être au sens purement physique, car nos proches sont loin, ou au sens psychologique car on se retrouve à mener une vie différente de 99% des gens, avec les incompréhensions et le décalage que ça implique. Mais dès que je me projetais mentalement dans un retour en France et dans ma vie d'avant, je retrouvais la motivation d'avancer et de me battre. 


Change ta vie : Combien de temps avez-vous mis entre la révélation qu’il fallait changer de vie et la décision ?

Jérémy : Moins d'un an je pense. J'ai dû commencer à mûrir vaguement l'idée à l'été 2010, et je suis parti à la toute fin du printemps 2011. 
Change ta vie : Si c’était à refaire….

Jérémy : Je refais tout pareil sans hésiter !


Change ta vie : Où en êtes-vous aujourd’hui ? Avez-vous atteint vos objectifs, vos rêves ?

Jérémy : Aujourd'hui je clôture un long séjour d'un an et demi à explorer l'ex-Yougoslavie. J'ai trouvé ces pays fascinants au point de m'installer en Croatie, d'apprendre la langue (enfin les bases parce que c'est vraiment difficile), et d'en faire mon coin préféré du monde (enfin de ce que j'ai vu en tout cas). J'ai aussi beaucoup mûri depuis 2011 et mon rêve d'aventure : j'aspire de plus en plus à une certaine forme de tranquillité et j'ai envie de m'inscrire dans la durée au même endroit, de bâtir quelque chose de plus stable. Changer de ville tous les trois jours, c'est génial mais je commence doucement à avoir besoin d'autre chose. Donc finalement mon objectif initial reste toujours le même : être à l'écoute de moi-même, de mes besoins profonds, et tout faire pour les assouvir.


Change ta vie : Auriez-vous un conseil ou plusieurs pour ceux qui n’osent pas se lancer ?

Jérémy : J'ai tellement de conseils à donner que j'en ai fait un blog :)
Pour ceux qui n'osent pas se lancer, voici mes conseils :
1. Projetez-vous dans 15 ou 20 ans, et demandez-vous si, au bout du compte, il y a plus de chances que vous soyez fier d'avoir accompli ce rêve, ou frustré de ne pas avoir osé franchir le cap. 
2. Dites vous que rien n'est irréversible : si votre changement de vie ne vous plaît plus, quelle qu'en soit la raison, vous pouvez toujours revenir en arrière. Cela demandera un effort, mais c'est possible.
3.Vous êtes seul responsable de votre bonheur : si vous n'êtes pas heureux maintenant, c'est qu'il y a quelque chose qui cloche dans votre quotidien. A vous de le localiser et de le changer.
4. Et dernier truc, peut-être le plus important : rien n'est jamais parfait dans la vie. Aucun mode de vie n'est le meilleur, chacun a ses bons et ses mauvais côtés. Idem pour toutes les situations, les boulots, les lieux, les personnes, etc. Ne conditionnez pas votre bonheur à une liste d'objectifs à atteindre : c'est le meilleur moyen de passer à côté des choses importantes. 


Vous pouvez retrouver toutes les infos sur le site de Jérémy Road calls
(1) Changer de vie : j’ai tout quitté du jour au lendemain pour voyager…
(2) Comment voyager pas cher : 32 règles indispensables


Je vous souhaite tout le bonheur du monde.


Vous avez aimé cet article, vous seriez des amours de partager, merci.


Autres articles qui pourraient vous intéresser :
Nouvelle lune du 13 juin 2018 - Etoiles de la chance (astrologie, chèque d'abondance, voeux...)
Pleine lune du 29 mai 2018
Nouvelle lune du 15 mai 2018 : Foi, espérance et charité
Pleine Lune du 30 avril 2018 - Succès final
9 rituels de Pleine Lune pour l'argent, l'amour.....
Nouvelle lune du 17 mars 2018 : guérison sexuelle
L'huile de noix de coco et ses bienfaits

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.